Mondialités islamiques #3 – 15 juin 2018

Après une longue suspension due aux mobilisations universitaires ces derniers mois, le séminaire Mondialités islamiques reprend ses activités pour la dernière séance de l’année : vendredi 15 juin, 18h, à Reid Hall, 4 rue de Chevreuse, Paris 6e, salle 1 de la Maison verte.

Nous accueillons Anna-Louise MILNE, dont l’intervention était initialement prévue en avril 2018, en la remerciant à nouveau d’avoir accepté de se plier aux modifications du canlendrier :

 

De problèmes de circulation aux lettres ouvertes :

une mise en lumière du projet « Cultures plurielles, espaces pluriels » avec l’Institut des Cultures d’Islam à Paris

 

S’appuyant sur une exploration de l’actuelle programmation culturelle et artistique de l’ICI, et notamment de l’exposition Lettres ouvertes, De la calligraphie au street art (https://www.institut-cultures-islam.org), cette communication visera à placer l’évolution du projet ICI lancé par Bertrand Delanoë dans un contexte de grande crispation médiatique et municipale autour des « prières de rue », en rapport avec une archéologie de la « culturalisation » du politique, et notamment d’une occlusion des enjeux postcoloniaux de ce site, situé au cœur de la Goutte d’Or dans le dix-huitième arrondissement de Paris dans deux bâtiments sensiblement différents.

On abordera l’articulation de l’espace de culte (une salle de prière intégrée dans le bâtiment construit par la Mairie de Paris mais dont la gestion dépend d’une association religieuse) et l’espace de culture (des salles d’exposition, de cours et de consommation), en interrogeant la place accordée à l’art contemporain comme vecteur de contestation et/ou de consensus. Notre réflexion s’intéressera aussi bien à l’utilisation des espaces matériels des deux bâtiments de l’ICI qu’à la manière dont « la lettre » (« ouverte ») – signifié et signifiant – est mobilisée pour construire une « mondialité islamique ».

 

Anna-Louise Milne est directrice de recherches à l’Institut de l’Université de Londres à Paris (ULIP) où elle développe the Paris Centre for Migrant Writing and Expression. Après des études de philosophie et de littérature comparée à Oxford et à Columbia University, New York, elle a publié plusieurs ouvrages critiques sur le milieu des revues littéraires pendant l’entre-deux-guerres, les écrivains « expatriés » et « réfugiés » à Paris, et plus largement le choix de la capitale française comme lieu d’écriture et de publication. Progressivement à cette approche analytique et historique, elle a intégré une démarche pratique notamment sous forme de laboratoires de traduction et de production de textes avec des personnes récemment arrivées à Paris et en Europe. Actuellement, elle travaille dans et sur le nord-est parisien, au carrefour du monde, dont elle a tiré son plus récent livre (75, Gallimard, 2016).

*

Les autres rencontres de 2017-2018 reportées en raison des grèves sont en cours de reprogrammation pour la rentrée 2018-2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.